En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal Logo Préfecture Région Logo Région logo europe Logo Feader Logo Chambre Régionale Agriculture

PSDR 4 - Rhône Alpes

PSDR 2 : Territoires

PSDR 2 : Territoires
Territoires : 3 recherches effectuées pendant PSDR 2.
resultats-psdr2
Sujet de recherche 1 : Habitants, agriculteurs, aménageurs dans le sillon alpin : de nouvelles alliances en zones périurbaines ?
Emmanuel Guisepelli

La pression urbaine est particulièrement vive dans la région Rhône-Alpes, et l’est autant plus dans les Alpes du Nord, dans l’axe Grenoble-Genève extrêmement attractif et dont la croissance démographique apporte de nouvelles interrogations :

Dans ce contexte de nouvelle répartition de l’espace, quelle est la place de l’agriculture face à une urbanisation galopante ? Quelles sont les attentes des résidents ? Quelles sont les relations entre croissance de l’urbanisation et évolution de l’agriculture ?
Cette étude se concentre sur le massif de Belledone (Isère), subissant la pression de Grenoble et Chambéry, l’agglomération chambérienne et la moyenne vallée de l’Arve (Haute-Savoie).

De grandes tendances ont émergé des enquêtes menées auprès des habitants, portant sur leurs attentes et leur vision de l’agriculture. “Nouveaux enracinés”, “pragmatiques”, “sans-territoire”, “nostalgiques” ont des perceptions divergentes et une relation différente au territoire et à l’agriculture.

Télécharger le 4 pages :

Ainsi que la publication "Place et fonctions de l’agriculture en zones périurbaines de montagne : modes d’habiter et représentations du rural" parue dans la revue L'Espace Géographique. 

---

Sujet de recherche 2 : Tensions et conflits autour des différents usages des espaces ruraux
André Torre, Olivier Aznar

Un même espace peut être porteur de tensions sur son usage et son développement. Les différents acteurs de l’espace rural (agriculteurs, artisans, touristes, néoruraux, etc) peuvent en avoir une vision bien différente. Cette étude a porté sur trois zones : le Pays Voironnais (aire d’attraction de Grenoble, en Isère), la Communauté de Communes de Montrevel-en-Bresse (zone périurbaine de Bourg-en-Bresse) et le Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche.

Les conflits entre les usagers du milieu varient en fonction de la région étudiée. Forte pression foncière, conflits liés aux enjeux naturels et à l’exploitation des ressources, conflits entre acteurs : l’usage du territoire est au cœur du débat.

Télécharger le 4 pages :

Cette recherche a également produit l'article "Conflits et tensions autour des usages de l’espace dans les territoires ruraux et périurbains. Le cas de six zones géographiques françaises.", par A.Torre, publié dans la Revue d'Economie Régionale et Urbaine, ainsi que l'article "Comment évaluer et mesurer la conflictualité liée aux usages de l'espace ? Eléments de méthode et de repérage." (A.Torre, VertigO, volume 10, numéro 1, avril 2010).

Pour suivre l'évolution de ces recherches sur les conflits d'usages, les relations de proximité et leur importance dans les processus de coordination entre acteurs, notamment les questions de gouvernance territoriale et d'innovation", voir le blog d'André Torre.

---

Sujet de recherche 3 : L’agriculture périurbaine : fonction nourricière ou instrument des politiques locales ?
Nathalie Bertrand

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les liens de proximité entre production agricole et bassin urbain se sont largement dessoudés. A l’heure actuelle, le marché de proximité retrouve un second souffle, notamment grâce à des mesures prises par les techniciens de la profession agricole qui font la liaison entre les exploitants agricoles et les pouvoirs publics.

Le développement des circuits courts, dans toute leur diversité, est évidemment le premier moteur du maintien de l’agriculture périurbaine.
Dans certaines régions, d’autres initiatives comme la labellisation (“Terres d’ici” en 2002 dans la région grenobloise, par exemple) mettent l’accent sur la valorisation qualitative des produits locaux pour dynamiser le marché de proximité. 

Si l’agriculture est maintenue en périphérie des villes, ce n’est pas toujours pour son intérêt économique, mais plutôt stratégique. En effet, les zones agricoles sont plus souvent perçues par les aménageurs comme des zones “vertes”, naturelles, dernier rempart contre la pression urbaine, plutôt que comme des espaces d’utilité publique.  
La multifonctionnalité de l’agriculture se place comme une solution permettant de diversifier l’activité agricole, et donc, lui donner plus de poids en zone périurbaine. Cependant, c’est tout le métier d’agriculteur qui est modifié (en introduisant des activités touristiques, d’entretien de l’espace…) et il reste peu probable que les agriculteurs périurbains s’y investissent massivement.

Télécharger le 4 pages et le flyer compilant les résultats du projet :